Les femmes autochtones et la politique

Revivez les temps forts de la table ronde sur les femmes autochtones et la politique organisée par la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada, et animée par Jody Wilson-Raybould, Michèle Audette et Carolyn Bennett :

Michèle Audette a relaté en détail une conversation qu’elle a eue avec Justin Trudeau.

Jody Wilson-Raybould a expliqué pourquoi elle veut se présenter aux élections de 2015.

Traduction : Si le fait de briguer cette élection donne plus de moyens aux Autochtones partout au pays de prendre conscience de leur capacité de faire bouger les choses, cela en vaudra alors tout à fait la peine. On recense une trentaine de circonscriptions au pays grâce auxquelles un vent libéral soufflerait lors des prochaines élections si les Autochtones allaient voter. Je trouve à la fois incroyable, stimulant, impressionnant et palpitant qu’une jeune ou qu’une vieille génération de gens qui n’a pas voté se rendent aux urnes.

Michèle Audette a parlé de l’importance de se prévaloir de son droit de vote.

Traduction : Et depuis janvier, je demande à chaque femme autochtone, ainsi qu’à chaque homme autochtone, de bien vouloir s’affirmer. Vous croyez en quelque chose d’autre ou en un autre parti politique, cela ne me pose pas problème, mais servez-vous de ce droit. Dans certains pays, il faut se battre pour faire reconnaître ce droit. Et vous, vous n’avez que quelques coins de rue à parcourir et vous y êtes, en octobre 2015. Faites-le, à moins que nous restions là où nous sommes et que nous nous plaignions pendant 20 ans de plus. Je ne peux pas l’accepter, les femmes autochtones ne peuvent pas l’accepter.

Facebook share this

Twitter share this

Aïe ! Nous n’avons pas retrouvé votre formulaire.